jeudi, février 24

Comment prendre des décisions morales ?

En matière de sexualité, nous sommes sans cesse confronté-e-s à la nécessité de faire des choix moraux. Si nous sommes chrétien-ne-s, la Bible et l'Enseignement de l'Eglise sont nos références. Mais qu'en est-il lorsque nous sommes aussi gays ou lesbiennes ? L'interdiction du sexe hors mariage ne peut pas alors nous être d'une grande utilité. Et le seul principe "Faites tout avec amour"(Saint Paul) n'est pas suffisamment opérationnel pour notre vie de tous les jours.

Marie Fortune, spécialiste en éthique et auteure de "Love does no harm : Sexual ethics for the rest of us", suggère que nous prenions nos décisions éthiques à partir d'un principe de base et quelques points de repère qui en traduisent les valeurs sous-jacentes. Il s'agit là d'une éthique de discernement, par opposition à celle fondée sur des règles qui nous sont imposées de l'extérieur (ex: abstinence pour les homosexuel-les), ou de l'éthique relativiste variant selon les situations.

Le principe de base proposé est de "faire le moins de mal possible pour soi et les autres". Il s'agit là d'une traduction réaliste du commandement de Jésus d'aimer son prochain comme soi-même.

5 points de repère nous permettent de mettre ce principe en application:

1) Relations égalitaires : mon partenaire est-il une personne dont le pouvoir est relativement égal au mien ? Nous devons nous limiter à des égaux ; notre intérêt sexuel doit respecter les frontières qui placent certaines personnes hors de notre portée.
2) Consentement authentique : mon partenaire et moi sommes-nous consentants? Nous devons avoir suffisamment d'information, de compréhension, d'égalité ainsi que l'option de dire oui ou non sans crainte d'un châtiment .
3) Responsabilité sexuelle : est-ce que je prends la responsabilité de me protéger ainsi que mon partenaire contre les MST ? Qu'en est-il du choix de reproduction ? C'est une question de bon et sage usage du don de la sexualité et d'anticipation des conséquences de nos actions. Ceci présuppose une relation authentique : connaître quelqu'un dans le temps et partager une histoire au sein de laquelle peut se développer la confiance.
4) Plaisir : suis-je soucieux du plaisir sexuel et de l'intimité de mon partenaire ? Je devrais autant m'intéresser à ses besoins qu'aux miens.
5) Fidélité : suis-je fidèle à mes promesses et à mes engagements ? Quelque soit la nature d'un engagement et sa durée, la fidélité présuppose l'honnêteté et le respect des promesses. Tout changement de situation peut altérer un engagement ; ceci doit donner lieu à une communication ouverte et honnête.

J'aime bien cette approche de l'éthique qui prend au sérieux le message évangélique sans le transformer en règles moralisatrices. C'est une éthique de vie à la fois réaliste et exigeante que nous pouvons tou-t-e-s essayer de mettre en pratique dans nos relations avec les autres. Si vous voulez en savoir plus sur cette question, je vous suggère de télécharger l'étude biblique (chapitre 4) du programme Affirmer la Promesse.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget