mardi, mai 11

L'humiliation sexuelle comme forme de torture mentale en Irak

Dans un dossier du Monde (téléchargement au format PDF) daté d'aujourd'hui consacré à la torture exercée par certains soldats américains en Irak, ainsi que dans un article dans The Advocate, il est fait état d'humiliations sexuelles: nudité, sous-vêtements féminins, être pris en laisse par une femme, poses simulant des actes homosexuels (sans compte des totures physiques comme la sodomie avec objets). Les tortionnaires exploitent donc le sexisme et l'homophobie pour humilier des êtres humains. Pour des musulmans, cette forme de torture est pire que la torture physique car elle remet en cause leur virilité. Une des victimes témoigne "ils voulaient que nous ressentions comme si nous étions des femmes, la façon dont les femmes ressentent, et c'est l'insulte la pire, de ressentir comme une femme". Mahdi Bray, le directeur exécutif de la Société Américaine Musulmane, dit que de tels actes" ne sont pas différents du concept de la sexualité entre deux personnes non marriées", reconnaissant que l'homosexualité est un péché dans la culture musulmane. "La vue d'actes sexuels simulés, où les gens sont emplilés les uns sur les autres, est vue comme quelque chose s'extrêmement outrageant et honteux par une majorité de musulmans".

Ces évènements sont des exemples extrêmes d'homophobie militaire. L'homophobie peut prendre différentes formes - le manque de confiance mutuelle entre gays et hétéros, l'affirmation que les gays sont des violeurs ou encore que l'homosexualité est une maladie mentale- mais ces cas de torture en Irak représentent les éléments plus extrêmes et paranoïaques d'homophobie, car ils suggèrent qu' être gay c'est être un sous-homme.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget