jeudi, juillet 15

George Bush essuie un revers sur le mariage homosexuel et l'Eglise Episcopale soutient les opposants à un ammendement constitutionnel

Le Monde.fr : George Bush essuie un revers sur le mariage homosexuel



Alors que George Bush avait réaffirmé son soutien aux adversaires du mariage gay, le Senat américain vient d'empêcher un vote sur le mariage homosexuel, puisque seuls 48 sénateurs sur 100 ont voté pour qu'une proposition d'amendement à la Constitution soit mise aux voix. Le texte bloqué au Sénat stipulait que "le mariage aux Etats-Unis consiste seulement dans l'union d'un homme et d'une femme" et que "ni la Constitution des Etats-Unis ni celle d'un Etat de l'Union ne peut être interprétée pour reconnaître que le mariage est autre qu'une union entre un homme et une femme". Les partisans d'une révision de la Constitution des Etats-Unis voulaient ainsi éviter que la Cour suprême fédérale ne finisse par légaliser le mariage homosexuel au nom du principe d'égalité. Ce vote de rejet a été rendu possible grâce au soutien des démocrates mais aussi de quelques républicains. Parmi ces sénateurs, certains sont épiscopaliens. L'Eglise Episcopale avait d'ailleurs exprimé officiellement par la voix de son Président, Frank T. Griswold, son opposition à un amendement qui empêcherait les gays et lesbiennes d'accéder au mariage. Elle estime en effet qu'il s'agit là d'une question qui mérite débat.
Vous allez peut-être me dire qu'il s'agit d'une affaire qui n'intéresse que les Etats Unis ? Pas seulement quand on voit leur influence sur le reste du monde. Si on parle aujourd'hui de mariage homosexuel en France, c'est bien parce que cela a commencé aux Etats Unis où les premiers mariages gays ont été célébrés à San Francisco. Le fait qu'un amendement à la Constitution Américaine, visant à restreindre le mariage à un couple formé d'un homme et d'une femme, ne passe pas n'est pas anodin pour le débat juridique en cours en France.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget