mardi, novembre 23

Dans l'Eglise d'Angleterre, les évêques ferment les yeux sur les cérémonies de mariage gay !

Article en anglais du Times
L'Eglise d'Angleterre est soumise à une pression croissante pour conduire des "mariages" gays alors que la loi sur la partenariat civil reconnaissant les unions de même sexe va s'appliquer l'année prochaine. Les cérémonies par lesquelles des prêtres anglicans bénissent des unions de gays ou lesbiennes ont augmenté de 10% l'année dernière pour atteindre le nombre de 300. Le mouvement chrétien gay et lesbien LGCM (Lesbian and Gay Christian Movement) a augmenté le tirage de l'édition des liturgies de même sexe car il s'attend à ce qu'un millier de bénédictions soient célébrées chaque année une fois que la loi sera entrée en vigueur. Sur 10 cérémonies de ce type, 9 sont célébrées par des prêtres hétérosexuels.
Malgré les efforts des conservateurs de la hiérarchie anglicane à travers le monde entier visant à maintenir une stricte ligne biblique, l'Eglise occidentale prend inexorablement la route libérale.
Les évêques ferment les yeux sur les cérémonies gays, dont beaucoup se tiennent dans les églises, et qui sont le pendant des services de bénédiction déjà offertes chaque année à des milliers de personnes divorcées ayant contracté un mariage civil.
Officiellement, les églises refuseront d'accepter que les cérémonies de partenariat civil se tiennent dans leurs locaux, mais des projets prévoient d'offrir aux chrétiens gays la possibilité de les faire suivre d'un "mariage rose" anglican non officiel. Des centaines de prêtres et d'évêques s'attendent à devoir bénir des unions de même sexe. Il n'est pas prévu que l'Eglise d'Angleterre autorise officiellement une telle liturgie, mais l'Eglise permet déjà aux clergé d'improviser leurs propres services et beaucoup d'évêques approuvent en privé une telle pratique. Comme le fait remarquer Peter Crumpler, l'un des porte-paroles de l'Eglise d'Angleterre:" dans une situation privée et pastorale, le clergé est libre de prier pour quiconque ".
Ce type de pratique apparait comme défiant le compromis suggéré par la Commission Lambeth qui avait été mise en place par l'Archevêque de Canterbury, Rowan Williams, afin de résoudre la crise au sujet de la sexualité. Le rapport de la commission de Windsor a appelé à un moratoire sur les bénédictions de même sexe et sur les ordinations d'évêques gays.
Ce ne sera qu'en février prochain, Lorsqu'il sera débatu par les Primats des 39 Provinces anglicanes du monde entier, qu'on saura si ce rapport peut sauver l'Eglise Anglicane d'un schisme irrémédiable.
En refusant officiellement les unions civiles, certains pensent que l'Eglise est en train de manquer une opportunité de jouer un rôle dans un important rite de passage. Voici ce que dit Monseigneur David Beetge, évêque en Afrique du Sud:"Dans l'Eglise il y a un concept qu'on appelle la réception. C'est un concept théologique qui a à voir avec la manière dont l'Eglise reçoit quelque chose qui est nouveau. En ce moment, l'Eglise est dans un tel processus de réception. Je désire ardemment que l'Eglise soit sufisamment courageuse pour étendre les frontières".

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget