samedi, décembre 4

Aux Etats-Unis, une ministre lesbienne a été défroquée par l'Eglise Méthodiste

Article du New York Times (en anglais)



Une "ministre" lesbienne vivant avec sa partenaire vient d'être démise de ses fonctions pour avoir violé l'interdiction de l'Eglise Unifiée Méthodiste faite au clergé ouvertement gay. Cette décision n'avait pas connu de précédent depuis 17 ans dans cette Eglise qui, avec 8,3 millions de membres, fait partie des grandes dénominations protestantes (avec les Eglises Episcopales et Presbytériennes) qui sont actuellement confrontées à la question du rôle des gays et lesbiennes dans l'Eglise, particulièrement du clergé.

Un jury de 13 membres du clergé méthodiste a donc condamné jeudi dernier le Révérend Irène Elizabeth Stroud, 34 ans, lors du deuxième jour de son procès ecclésiastique. Les canons de l'Eglise Methodiste interdisent en effet aux homosexuel(le)s qui se revendiquent comme tel(le)s et qui ont une sexualité active d'être ministres. Or Strud avait annoncé l'année dernière à son évêque ainsi qu'à sa congrégation qu'elle vivait dans une relation stable avec sa partenaire Chris Paige.

12 membres contre 1 ont jugé cette ministre coupable. La majorité requise était de 9 votes. Les jurés l'ont ensuite défroqué avec la majorité suffisante de 7 contre 6 et bien que sa congrégation à Philadelphie l'ait soutenu en précisant qu'elle pourrait continuer à exercer l'essentiel de ses tâches. Un des pasteurs de son église locale a même déclaré : "je crois que même le témoignage de l'Ecriture est loin d'être clair sur ce sujet".

Stroud était pourtant reconnue comme un pasteur ayant toutes les qualités requises pour son ministère et son superviseur a d'ailleurs loué ses performances en matière de prédication, d'enseignement et de travail pastoral. Le seul fait qui lui soit reproché est donc d'avoir déclaré être lesbienne et vivre avec sa partenaire. A cause de cela, elle est aujourd'hui "réduite" à l'état d'employée laïque sans statut ecclésiastique. Et elle ne pourra plus célébrer de baptême ou d'eucharistie. Quelle tristesse !

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget