vendredi, février 18

L'Archevêque de Canterbury met la pression sur l'Eglise Episcopale

Gay News From 365Gay.com



Rowan Williams, chef de l'Eglise d'Angleterre et leader symbolique de la Communion Anglicane, a prévenu jeudi dernier que l'Eglise était au bord d'un schisme à propos du rôle des gays dans la foi. Bien qu'il n'ait jamais directement mentionné l'élection de Gene Robinson comme évêque du New Hampshire ou la création de rites de bénédiction d'unions de même sexe, l'intention de son discours, prononcé au cours du Synode Général de l'Eglise d'Angleterre, était claire. "Une partie du coût généré par les répercussions des évènements récents est que cela a fragilisé, sinon détruit, le sentiment que nous parlons réellement un même langage" a déclaré l'archevêque de Canterbury alors que les évêques commençaient à considérer le Rapport Windsor consacré à la question. Il a ajouté:" Une des conséquences des récents évènements est que nous n'avons plus de langage commun, ni de modèle commun de référence, et tout indique que cela ne va pas s'améliorer rapidement".

Le Rapport Windsor, paru en octobre dernier, demandait à l'Eglise Episcopale américaine et à l'Eglise Anglicane Canadienne qui ont autorisé la consécration de Gene Robinson et les bénédictions d'unions homosexuelles d'"exprimer leurs regrets" pour le tort causés à la Communion Anglicane. Ni les évêques canadiens ni ceux des Etats-Unis n'ont présenté d'excuses, bien que l'Eglise Episcopale se soit excusée auprès des membres individuels de l'Eglises pour l'insatisfaction causée chez certains par l'élection de Gene Robinson. Cela n'a pas suffi à apaiser la colère des évêques africains, majoritaires dans la Communion anglicane.

Le Synode Général de l'Eglise d'Angleterre, qui vient d'avoir lieu, a voté en acceptant le Rapport Windsor, augmentant ainsi la pression sur l'Eglise Episcopale. A la fin de ce mois, les Primats du monde entier se réuniront en Irlande du Nord pour examiner le Rapport. Dans son allocution de jeudi dernier, Rowan Williams a rajouté :" Le mal, la mésentende, la rupture et le dommage font partie des conséquences. Cela ne nous fait aucun bien de nier la réalité du coût".

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget