samedi, février 12

Un pasteur suédois homophobe acquité en appel

-- Beliefnet.com

En Suède, une cour d'appel à refusé de qualifier de crimes de haine les propos de Aake Green, un pasteur qui avait, lors d'un sermon, parlé de cancer à propos des homosexuels. La cour d'appel de Goeta a estimé que le point de vue du pasteur pouvait être "fortement mis en question", mais qu'il n'était pas illégal de formuler une interprétation personnelle de la Bible et de recommander aux autres de le suivre. Elle a ajouté que "l'objectif de rendre l'agitation contre les gays punissable n'est pas de nature à empêcher les arguments ou les discussions au sujet de l'homosexualité".

Green, 63 ans, est le premier ecclésiastique à avoir été jugé depuis la loi sur les crimes de haine, qui qualifie de crimes les remarques injurieuses contre les groupes raciaux, religieux et nationaux. Cette loi a été amendée en 2003 afin d'y inclure les homosexuels. Green a précisé qu'il était content du verdict. Il estime cependant que c'est une "victoire partielle", et il espère que le cas sera examiné par la Cour Suprême. "On verra jusqu'où cela me conduira, mais pour l'instant je suis très content", a-t-il précisé.

Green avait donné son sermon cette année, en disant à une congrégation de la petite ile du sud Oeland que les homosexuels constituent "une profonde tumeur cancéreuse pour toute la société". Il a averti les paroissiens que la Suède risquait un désastre naturel compte tenu de sa clémence à l'égard des gays. "L'homosexualité est une forme de maladie" a-t-il précisé. Il l'a comparé avec la pédophilie et le bestialité, en disant qu'il y avait plus de chances que les gays violent des enfants et des animaux.
Green avait été jugé pour ces propos en première instance en juin 2004. Il avait été condamné à 30 jours de prison, mais la sentence avait été suspendue à cause de l'appel. Dans une interview, il a précisé que ce qui l'inquiétait ce n'était pas la peine de prison mais "la liberté de prêcher la Parole de Dieu".

Les associations gays sont préoccupées par ce jugement de la Cour d'appel. Elles estiment que c'est une invitation à attaquer les gays et d'autres groupes.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget