mercredi, mars 30

La mode Jésus revient !



Ca m'arrive rarement mais j'avoue être allé dernièrement dans une boutique de fringues branchées dans le Marais. J'avais été très étonné d'y voir un T-shirt "Jesus is my Homeboy" qui rappelait furieusement la Jesus Revolution qui avait touché les Etats-Unis dans les années 60. Je pensais cette époque révolue. Or voici que j'apprends par le New York Times que ce T-shirt s'est vendu aux States à plus d'un million d'exemplaires ! Toute une gamme de textiles vante les mérites de la foi en Jésus avec des slogans tels que "Jesus loves me", "Put down the drugs and come get a hug".

On peut certes voir dans cette mode un moyen comme un autre de faire du business. Mais il s'agirait d'un phénomène plus profond. Il serait révélateur de la montée de la religiosité des Etats-Unis, où l'on n'hésite pas à brandir sa foi. Et d'ailleurs, c'est dans les régions les plus marquées par le fondamentalisme chrétien (le sud notamment) que ces vêtements se vendent le mieux.

Verrons-nous à la prochaine Gay Pride des gays et lesbiennes portant le T-Shirt "Jesus loves me" ? Ca changerait en tout cas de tenues moins pudiques...Alors, chiche ?

5 commentaires:

Blogger Runner a dit…

Je pense que vous êtes drôle, mais comment pouvez-vous être Anglican et l'homosexuel en même temps ?

Pardonnez les mauvais Français, je suis américain

Jean-Marc a dit…

C'est plus facile en tout cas que d'être catholique et homosexuel ! C'est dans l'Eglise anglicane qu'on trouve un évêque ouvertement gay.

Etienne a dit…

Je suis catholique et fif. Certes on trouve un évêque ouvertement gay chez les Anglicans mais à la grande fureur des Anglicans africains qui constituent l'immense majorité de la communion.

Jean-Marc a dit…

C'est quoi fif ?
L'un des caractéristiques de l'anglicanisme est de permettre la diversité d'opinions. C'est un source de tensions mais aussi d'enrichissement mutuel.

Etienne a dit…

Fif = pédé en argot. Je sais, c'est vieilli mais c'est un beau mot je trouve. D'autant plus que ça rime avec vif :op
Je ne veux pas prêcher pour ma chapelle mais si l'archevêque de Canterbury tente de convaincre les Episcopaliens de, comment dire?, jouer mollo, c'est qu'il a avant tout le souci de la communauté. Dans le catholicisme, le rôle du pape est d'assurer l'unité, et donc que le catholique nigérien puisse prier et surtout discuter avec le catholique libéral européen. C'est source de tension ( par exemple les plus grands théologiens qui eurent des problèmes avec Rome) mais aussi d'enrichissement mutuel.Nous avonçons sans doute trop lentement mais nous avançons tous ensemble.
Par contre, les Episcopaliens jouent perso (si on me permet ce mot)et semblent prêt à risquer un schisme. C'est leur choix mais le dialogue avec l'Afrique sera plus malaisé. Pour dire le fond de ma pensée, les Européens sont en train de s'enfermer dans la tour d'ivoire, daignant à l'occasion donner des conseils dédaigneuses aux autres. Et après on s'étonne que les africains et les asiatiques se crispent...
On m'objecterait que le dialogue avec les homophobes est impossible. Il n'est pas impossible mais il faut être patient. Par exemple, les jeunes prêtres africains les plus prometteurs se formaient en Angleterre et au Etats-unis et ils revenaient avec une *autre* vision des choses...
Voilà, voilà :o)

Une erreur est survenue dans ce gadget