jeudi, novembre 16

L'homme invisible ?

Les homosexuels doivent-ils rester discrets s'ils veulent qu'on les respecte ? C'est ce que semble suggérer l'hebdomadaire "Famille chrétienne" dans son dossier "En parler en famille", 4ème numéro d'une série de 6 consacrée à "Du mariage homosexuel à l'homoparentalité". La "personne homosexuelle" est sommée de "jouer le jeu de la discrétion" car "une personne homosexuelle trop démonstrative met mal à l'aise", et de ne surtout pas se montrer en couple. Fabienne témoigne ainsi: "ma soeur ne s'en rend plus compte mais avec son amie, elle a des gestes et des propos ambigus devant les enfants. Pour l'instant nous ne la voyons que chez mes parents". Et pour Gwenola, qui a voulu donner une preuve d'affection à son frère en le prenant comme parrain pour l'un de ses enfants: "J'ai envie que mes enfants l'aiment. Le problème, c'est qu'il insiste pour qu'on l'invite avec son ami, qui est assez provocant...Alors, nous allons dîner chez eu, tout seuls. C'est dur ? Mais il faudrait qu'il comprenne aussi nos responsabilités de parents".

Bref, on veut bien accepter l'homosexuel à condition qu'il soit invisible. Mais c'est justement cette invisibilité qui est mortifaire. Les chrétiens gays et lesbiennes n'attendent pas tant d'être approuvés par l'Eglise que d'être reconnus pour ce qu'ils sont. C'est peu, mais déjà énorme. Je peux vous dire que ça fait une énorme différence pour moi que de me savoir accueilli comme gay dans ma paroisse, d'aller au culte en couple avec mon compagnon qui est reconnu comme tel. J'y rencontre d'autres gays et lesbiennes, célibataires ou en couple, eux aussi accueillis comme tels et c'est vraiment une bénédiction ! C'est vrai aussi dans ma famille. Par exemple, François y est invité ¨pour Noël car il faut désormais partie de la famille. C'est une grande bénédiction.

Bref, je crois que le grand problème des gays et lesbiennes dans l'Eglise c'est leur invisibilité. Timothy Radcliffe a très bien compris ça. Dans une conférence donnée à Bruxelles pendant la campagne d'évangélisation Toussaint 2006, voici ce qu'il déclare (lisez aussi le texte intégral traduit par mon ami Lorenzo):

L'évangélisation commence donc par la reconnaissance de ceux à qui nous nous adressons. Le ressentiment à l'égard de l'Église Catholique n'est pas, je crois, essentiellement un rejet des valeurs catholiques, mais plutôt la détresse causée par l'impression d'être invisible. Le psychologue et philosophe américain William James écrit qu'on ne pourrait imaginer un châtiment plus cruel, si cela était physiquement réalisable, que celui qui consisterait à être carrément largué de la société et à y être délibérément et complètement ignoré. Si personne ne se retournait quand nous entrons quelque part, que personne ne répondait quand nous parlons ou ne prêtait aucune attention à ce que nous faisons et que toute personne que nous rencontrons feignait de ne pas nous voir et se comportait comme si nous n'existions pas, nous serions bien vite saisis d'une espèce de rage et d'un sentiment de désespoir et d'impuissance en comparaison desquels la torture corporelle la plus cruelle nous semblerait douce. Beaucoup de gens, au sein de l'Église et en dehors de celle-ci, souffrent de cette sorte d'invisibilité : les femmes, les minorités ethniques, les pauvres, les homosexuels.

16 commentaires:

Ben a dit…

Il me semble que cette invisibilité prônée par FC (et beaucoup d'autres !) dit clairement le refus d'accepter le réel tel qu'il est.
C'est étonnant quand on suit Jésus au puits de Sykar, à la piscine de Bézatha, à Jéricho...
La Samaritaine, le paralysé, Zachée sont rejetés des autres parce qu'ils ne cachent pas leurs vies. En les isolant, les autres ne leur donnent pas d'exister. Jésus, lui, fait vivre, d'une vie intense et réconciliée. Non pas une vie rêvée, mais réelle...
Il me semble que les Tartuffes d'aujourd'hui auraient du profit à méditer les paroles de Timothy Radcliffe. Il dit le coeur de l'Evangile.

DIEU a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Flajuben a dit…

Bonjour !
Permettez-moi, non pas de défendre FC (je n'ai pas encore lu le n° de cette semaine) mais d'apporter une petite nuance:
J'avoue me reconnaître un peu dans les témoignages que tu cites... non pas à cause de la visibilité des homosexuels, mais plus pour une question de pudeur.
Certains de mes amis gays donnent l'impression de se donner en spectacle dans leur manifestation publique d'affection.
Ils st et seront évidemment tjs les bienvenus chez moi (et inversement j'espère !), mais le jour où j'aurais des enfants, je leur demanderai simplement d'être moins démonstratif (comme je le demanderai à un couple aussi d'ailleurs). C'est une question de pudeur, et de respect de l'autre me semble-t-il.
ESt-ce un point de vue à ce point inadmissible ?

Ben a dit…

Jean-Marc, tu m'excuseras de répondre au message précédent, mais je ne puis résister.
En effet, il ne faut pas confondre entre se faire invisible et se comporter en couple avec pudeur.
Je me sens souvent agressé par des couples hétéros ou homos qui se tripatouillent en public sans aucune retenue.
Ce n'est pas l'orientation sexuelle qui importe, mais la manière de vivre sa relation avec respect et pudeur, ce qui n'empêche pas quelques gestes de tendresse discrets en public...

Benoît a dit…

cher Jean-Marc,
Tu a mis le doigt dessus, mais dans le bo sens, opposé à celui de Famille soit-disant chrétienne.
Je souscris totalement à la nécessité vitale pour les homos d'être visibles, par respect en outre pour tous ceux qui nous ont précédés et sont morts dans la culpabilité, et par devoir pour ceux qui viendront après nous.
D'accord avec les propos de Ben aussi.
Amitiés

Jean-Marc a dit…

Il y a sûrement une manière chaste à trouver pour un couple qui s'expose en public. Certains gestes explicitement sexuels me gênent personnellement. Mais est-il encore trop démonstratif qu'un couple gay manifeste, même publiquement, des gestes d'affection comme se prendre par la main ou se faire de doux baisers ? Je ne le pense pas. C'est pourtant ce qui semble gêner nombre d'hétéros . Comme si la visibilité d'une relation affective entre deux personnes de même sexe était forcément indécente.

Didyme a dit…

Les articles de Famille Chrétienne que je lisais hier soir me semble consternant de bêtise. En les lisant je me suis demandé : "Quel comportement adopterait aujourd'hui Jésus avec les personnes homosexuelles ?" Je rejoins par là ce que nous dit Ben. Jésus lors de son passage parmi nous est toujours allé à la rencontre de ceux qui étaient mal-aimés, mal-considérés, rejetés ou définis comme impurs par la société de son temps : les pécheurs, les lépreux, les femmes, les prostituées, les Samaritains, ... Il n'est pas allé à leur rencontre pour les rappeler à l'ordre, mais pour boire et manger à leur table.

Je suis de plus en plus convaincu que tant que l'Eglise n'aide pas tout homme et toute femme à prendre conscience que c'est au niveau de sa vulnérabilité que Dieu les rejoint et les appelle, il y aura toujours des personnes qui se croiront plus respectables que d'autres. Le lieu de la rencontre avec Dieu, même pour les petites familles chrétiennes toutes proprettes est la brisure du coeur de chacun, le lieu de la fragilité. "Afin que personne n'aille se glorifier devant Dieu", disait Paul.

Anonyme a dit…

personnellement je suis d'accord. Avec ce qui est dit plus haut. On ne cherche pas à "s'afficher", je n'aime pas le terme "s'afficher". Pourquoi cherche-t-on des ennuis à une personne homosexuelle qui donne simplement la main à son âme soeur alors que l'on bénira presque un autre couple hétérosexuel, celui-là, en train de s'embrasser jusqu'au fond des amygdales (oh le mignon couple amoureux)?

Cela me heurte de la part de ce journal auquel je me suis abonnée
à une époque. Je leur ai dit pourquoi je me sentais heurtée par leurs propos insultants et blessants pour les personnes homosexuelles et que je ne comptais plus être abonnée à leur poison homophobe hebdomadaire.

XTIAN a dit…

je ne pense pas qu'il faille prendre les rédacteurs de famille chretienne pour des imbeciles ...malheureusement je crains que ce ne soit plus pervers...categoriser ainsi le bon et le mechant,le beau et le laid,le moral et l'immoral...est extrement confortable ,cela permet de ne pas se laisser interroger par la difference de l autre et donc de ne pas exercer son esprit critique...le plus grand danger pour une institution qui n a pour seul objectif que de durer est de permettre cette liberté...dangereuse liberté ;si le troupeau se met à penser les brebis se rebelleront peut etre ,elles verront le mensonge,voire nous quitterons....je n ai plus rien à faire d une institution aussi malsaine que l eglise...aussi peu evangelique...quite à devoir etre chretien et seul...et c est difficile...dieu n est pas catholique que je sache..ni protestant...quant au texte lui même ,quelle stupidité je suis dans ma famille avec mes amis aussi naturel dans mes demonstrations affectives avec mon ami que devant mes neveux et nieces,filleuls et filleules ...ils sont parfaitement au courant,tout a fait heteros autant que je sache et leurs parents n ont jamais manisfesté la moindre mefiance malsaine(c est le genre de truc que l on sent tres vite surtout si lon est enseignant)...je suis aussi pudique en cela qu un hetero bien dans sa tete qui respecte ses vis à vis...l homosexualite n a rien a voir la dedans,il y a des heteros parfaitement malsains dans leurs demonstrations et si parfois des homos se laissent aller àune certaine outrance c est avant tout pour essayer d exister dans un monde qui les rejette
xtian

benoît a dit…

En forme de PS, car j'étais très fatigué quand j'ai posté mon commentaire.
- Je pense que bien sûr les "témoins" cités dans "Famille soit-disant chrétienne" ont été triés sur le volet et j'ose espérer qu'ils ne reflètent pas tous les chrétiens.
- je parais contradictoire quand je dis que je suis favorable à une visibilité plus grande (bien que ça me coûterait beaucoup) mais que pour survivre dans l'Eglise, je suis obligé de me cacher, même sans "petit ami". Le problème , c'est que nous ne sommes tolérés que cachés.
- il faudrait que nous nous organisions pour une visibilité à grande échelle, sans tomber dans le communautarisme (bien que je pense qu'il soit nécessaire de façon transitoire)ni la provocation(!). Je ne sais pas, moi: innonder de tracts les paroisses, faire des "pélégays" dans des hauts lieux spirituels, un chemin de la Croix le vendredi Saint dans Paris...
- dans la lettre que j'avais envoyé aux évêques après la publication du document romain sur le soit-disant discernement vocationnel, j'indiquai déjà que j'étais inquiet pour la suit, je leur écrivais "quelles sera la prochaine étape? L'interdiction d'autres sacrements?"
Je constate avec tristesse que les évêques amérciains viennent de franchir cette étape lors de leur conférence annuelle à Baltimore.
Nous ne pouvons plus nous laisser être traités comme des chrétiens de seconde zone.
Seule consolation: je rencontre des prêtres ou séminaristes de la base qui ont une vision plus humaine pastoralement que nos "énarques" romains. Quelques évêques de France m'ont également adressé des réponses pleines d'espérance (dont une de Lourdes!)
Amicalement

Jean-Marc a dit…

Pour répondre à Benoit qui aimerait "que nous nous organisions pour une visibilité à grande écheelle", je signale qu'une retraite du CCI(Carrefour des Chrétiens Inclusifs) a lieu chaque année et réunit des dizaines de LGBT (et ami(e)s des LGBT )de différents groupes et dénominations chrétiennes pendant 2/3 jours. Une mini JMJ gayfriendly en quelque sorte. Cette année, elle aura lieu du 29 avril au 1er mai à Villebon-sur-Yvette en région parisienne. Je vous recommande vivement d'y aller. Des infos plus précises seront bientôt disponibles sur http://cci.blogspirit.com

benoît a dit…

merci pour l'info! Je suis hélas en pleine représentation à ces dates...condamné à rester un électron libre, ce qui ne m'empêche pas d'être dans la communion invisible (du moins j'essaie, j'espère et j'y crois!)
Excellente initiative que celle de CCI avec j'espère un maximum de participants.

Eric Louis a dit…

Vous soulevez là un sujet très important et qui revèle bien sûr les passions et les souffrances.

Famille Chrétienne n'est pas connue pour être la revue chrétienne la plus ouverte qui soit, soyons bien conscients de ça.

N'attendons pas la lune d'une telle revue et essayons de repérer dans notre entourage des personnes et des lieux d'eglise qui nous accueillent. Il y en a de plus en plus.

On peut toujours dire "ça pourrait être mieux" mais à la longue est-ce vraiment une attitude d'espérance qui nous rend vraiment heureux ?

On peut dire ça sur tous les sujets et sûrement qu'il faut en parler, soit !

Perosnnellement je préfère repèrer les lieux où je me sens bien que de m'acharner à critiquer ceux avec qui ça a peu de chances de passer.

Famille Chrétienne sera le dernier journal a valider un comportement homo, soyons y conscients et voyons les chrétiens qui nous accueillent ça sera autrement plus constructif pour nous et les autres.

J'aurais vraiement apprécié dans ce forum qu'on cite plutôt toutes les situations chrétiennes où on s'est senti accueilli, où on s'est senti bien.

On peut toujours dire que ça n'évolue pas assez vite. Mais je doute que ce soit vraiement constructif. Porteur d'espérance, à mon avis, c'est aussi voir le verre à moitié plein, afin qu'un jour il le soit aux 3/4 !

Jean-Marc a dit…

C'est vrai, Eric, que nous devons être des porteurs d'espérance et ne pas nous focaliser sur ce qui ne va pas. J'ai d'ailleurs cité moi-même le cas de ma paroisse où mon compagnon et moi ne sommes pas "invisibles". Nous avons d'ailleurs une responsabilité pour faire reculer cette invisibilité. Ne sommes-nous par nous-mêmes baptisés, avec tout ce que cela entraîne ?
Cependant, il me semble que les lieux d'Eglise accueillants pour les LGBT, où ils se sentent bien, ne sont pas nombreux. Peut-être pourrais-tu donner des exemples puisque tu as l'air d'en connaître ?

benoît a dit…

Eric,
Je te connais très peu, mais ce que tu écris m'attriste, car tu sembles mépriser mes souffrances et sous entendre de la complaisance dans cette souffrance. Je suis déçu de lire ça de la main d'un homo-catho, parce que ça me fait mal.
Tu invites à vivre dans des lieux qui nous accueillent, mais si nous allons uniquement dans ces lieux là, nous n'arriverons jamais à nous faire entendre ailleurs. Si nous voulons faire évoluer les choses (mais le voulons-nous vraiment?), ne faut-il pas plutôt aller dans les milieux qui nous sont hostiles? C'est facile d'aller uniquement là où on est accueilli. J'ajoute que quand on n'habite pas Paris, et bien on vit son homosexualité seul dans sa paroisse. j'ajoute que pour y survivre dans les responsabilités que j'y exerce, je ne peux pas être visiblement qui je suis. Mais je ne désespère pas d'une transformation de l'intérieur.
Voilà pourquoi, contrairement à toi, je pense que la critique de "famille soit-disant chrétienne" est constructive et nécessaire, car j'estime qu'il est de notre devoitr de dénoncer leurs affirmations erronées. Il nous faut rétablir la vérité.

Eric Louis a dit…

Benoit, tu es libre de d'interpréter ce que j'ai écrit comme tu veux, mais permets moi de te dire que je n'ai pas du tout voulu dire ça, loin de là.

En premier lieu, il est vital de sortir de sa solitude et je serai toujours le premier à le dire. Après, sûrement, quand on peut s'investir dans sa paroisse bien sûr, c'est le but.

A mon humble avis, les choses se font l'une après l'autre, mais chacun est libre !

Je comprends tout a fait les souffrances de quelqu'un qui est seul puisque je suis justement passé par là, donc c'est justement pour cela que je conseille de ne pas le rester.

L'association dont je fais partie, "Devenir en un Christ" (mais il y a bien d'autres liens rien que ce sur blog pour que je ne vous liste pas toutes les autres ...) ben elle permet de se retrouver et donc de ne plus etre seuls, avant de pouvoir (et c'est le but) s'investir dans sa paroisse par la suite, quand on se sent plus à l'aise.

A mon sens c'est une étape majeure.
Faire les choses l'une après l'autre, c'est un bonne façon d'y arriver, je pense. Quand on est encore en souffrance vis à vis de la question de l'homosexualité, je ne sais pas si on peut vraiment être à l'aise vis à vis d'une certaine incompréhension de ceux qui ne sont jamais passés par là.

Voilà mon éclairage, après bien sûr la situation de chacun est différente.

Mon option à moi, c'est pas la revendication. Mais que ceux pour qui ça l'est, je les rassure, je respecte tout à fait. Réalisons quand même qu'il n'y pas de solution unique pour tout, et que différentes démarches peuvent coexister. La liberté de chacun est là à mon sens.

Franchement, je vis en couple dans un village de 400 habitants, et je peux vous dire qu'à partir du moment où on ne se sent pas soi-même différent, ce n'est plus un problème pour les autres.

Ces années à Duec m'ont aidé à accueilir l'homosexualité dans un premier temps, et ensuite de me dire qu'elle faisait partie de moi avec tout le reste, sans avoir besoin d'être toujours en avant.

c'est le signe aussi qu'elle ne me pose plus problème. Je ne le cache pas, mais je me sens pas obligé de remettre ça sur le tapis en permanence, ça ne m'obsède pas pour être moi-même, de le dire.

Je comprends que certains ne comprennent pas ce que je viens de dire, on en est tous à des moments différents de notre vie. Et on est pas tous pareils ! L'amour c'est là qu'il peut grandir, quand on accepte des gens qui n'ont pas fait les mêmes choix de vie que nous, et c'est aussi pour ça que j'aime DUEC.

Une erreur est survenue dans ce gadget