lundi, mars 31

"Maurice" ce soir sur Arte !

Ne manquez surtout pas ce merveilleux film qu'est "Maurice" de James Ivory avec Hugh Grant et James Wilby. J'ai été marqué par ce film sorti en 1987. J'avais alors 22 ans ! Pour la première fois, je voyais un film évoquant d'une manière aussi belle un amour impossible entre 2 hommes . En somme "brokback Mountain" avant l'heure mais dans le contexte de la bourgeoisie londonienne de 1910. Un chef d'oeuvre !
Voici quelques extraits avec la musique de la chanson « Jóga » de Björk...

5 commentaires:

Ben a dit…

Effectivement, ce film est un bijou !
Un bijou de vérité et de pudeur, un bijou d'intériorité et de chemin vers la sérénité...
Je l'ai revu avec un plaisir très intense.
Je ne l'avais pas revu depuis '88, quand je commençais à peine à mettre des mots sur qui je suis...
Il aura fallu encore quelque 10 ans pour que j'ose me dire que je peux être heureux en étant moi-même dans toutes les dimensions de mon existence.
Et aujourd'hui, je suis tellement heureux !
Et pour cela aussi, ce film est pour moi un bijou précieux.

Georges a dit…

Je préfère les films qui montre l'amour gai POSSIBLE.

Didyme a dit…

Personnellement c'est un de mes films préférés même si je regrette qu'il ne se termine pas mieux.

Christian a dit…

Cher Jean-Marc,
Ce film de James Ivory est magnifique. Mais il ne faut pas oublier que c’est d’abord une histoire d’Edward Morgan Forster, écrite en 1913-1914, publié seulement en 1971 après sa mort
Mais il est vrai que dans notre période d’inculture qui lit encore?
Edward Morgan Forster a également écrit Route des Indes, Chambre avec vue et Retour à Howards End qui furent également adaptés au cinéma.
Le sujet de Maurice va au-delà d’une simple histoire d’amour homosexuelle. Le sujet principal est la transgression des préjugés et des classes sociales.
Les opinions de Edward Morgan Forster, humaniste laïque, sont le cœur de son œuvre, dans laquelle souvent les principaux personnages font des tentatives pour se comprendre et communiquer les uns avec les autres par delà les barrières sociales.
Dans Route des Indes et Howards End, Edward Morgan Forster développe le thème du caractère infranchissable des différences sociales.
Dans Maurice, il met l'accent sur la possibilité d'un effacement des différences de classe au travers d'une relation homosexuelle.
La devise de Edward Morgan Forster était "tolerance, good tempere and sympathy".
Didyme, je ne comprends pas ton commentaire. L’histoire finit bien puisque Maurice trouve l’amour et restera malgré tous les préjugés de classe et les difficultés avec Alec. L’amour triomphe.
Rappelons que c’est très nouveau à l’époque où pour que la morale soit sauve, les histoires d’amour homosexuelles devaient mal se finir.
Georges, pourquoi trouves tu cette histoire impossible? Elle est impossible pour ceux qui ne sont pas prêt à remettre en cause leurs préjugés et le conformisme de la société. N’est pas la rencontre de l’autre différent qui nous enrichit mutuellement? Apprendre de l’autre est une merveilleuse richesse.
A bientôt.
Fraternellement
Christian

Jean-Marc a dit…

Certes Maurice finit par aimer Alec, mais c'est un pis aller car c'est avec Clive qu'il aurait voulu partager sa vie. C'est en ce sens qu'il s'agit d'un amour impossible.

Une erreur est survenue dans ce gadget