mercredi, mai 28

En Algérie, les chrétiens menacés de persécution !

L'Algérie devient de moins en moins tolérante vis-à-vis des chrétiens qui risquent désormais la prison s'ils pratiquent leur culte. En voici quelques exemples.

Hier, le procureur du tribunal correctionnel de Tiaret a requis mardi 27 mai deux ans de prison ferme à l'encontre de six jeunes convertis algériens (d'origine musulmane) accusés d'exercice illégal d'un culte non-musulman.Le procureur a également requis une amende de 500.000 dinars (5.000 euros environ) à l'encontre de chacun des prévenus, qui comparaissaient dans un nouveau procès de convertis chrétiens. Les six jeunes avaient été interpellés par la police algérienne à la sortie d'une maison où, selon l'accusation, ils venaient de tenir une messe sans autorisation.

Le procureur de Tiaret a requis le 20 mai trois ans de prison ferme contre Habiba Kouider, une éducatrice, convertie au christianisme, arrêtée à bord d'un bus alors qu'elle détenait une dizaine de bibles dans son sac. Le procureur lui a proposé de classer son dossier si elle acceptait de redevenir musulmane. Elle avait subit la même intolérance alors qu’elle cherchait un défenseur. Aucun avocat du barreau de Tiaret n’avait accepté de s’occuper de son dossier.
Dimanche, la secrétaire d'Etat aux droits de l'Homme, Rama Yade, avait pris la défense de Habiba Kouider. "C'est triste, c'est choquant, d'abord parce que cela contrevient à la déclaration universelle des droits de l'Homme", qui proclame dans son article 18 la liberté de pensée, de conscience et de religion

Par ailleurs, en avril dernier, un prêtre catholique français, Pierre Wallez, avait été condamné à deux mois de prison avec sursis pour avoir effectué une prière avec des réfugiés camerounais.

Ces procès montrent une nouvelle fois les dérives découlant de l’application d'une loi de 2006, qui stipule que quiconque «incite, contraint ou utilise des moyens de séduction tendant à convertir un musulman à une autre religion […], fabrique, entrepose ou distribue des documents […] qui visent à ébranler la foi d’un musulman» est passible d’une peine allant de deux à cinq ans de prison et d’une amende de 500 000 à 1 million de dinars (entre 5000 et 10 000 euros). Ces derniers mois, une dizaine de procès ont eu lieu contre des chrétiens. A chaque fois, les accusés ont fait les frais d’une interprétation de plus en plus stricte de la loi et les condamnations se multiplient.

Prions pour les chrétiens d'Algérie, qu'ils soient d'origine musulmane ou non, afin qu'ils puissent exercer librement leur culte, et annoncer l'Evangile autour d'eux comme l'a demandé le Christ Lui-même. Et que des voix s'élèvent contre cette persécution !

2 commentaires:

Georges a dit…

Et la France qui ne fait rien. Pas de marche de protestations devant l'ambassade, rien...

moons2312 a dit…
Ce commentaire a été supprimé par un administrateur du blog.
Une erreur est survenue dans ce gadget