lundi, novembre 29

Pour Sizzla l’homophobe, c’est aux gays de s’excuser devant Dieu

Article de Tetu.com



Loin de s’apaiser, la controverse entre les militants des associations de défense des droits homosexuels et la scène reggae et ragga de Jamaïque a trouvé une nouvelle vigueur, outre Manche, la semaine dernière : le chanteur Sizzla, dont la tournée vient d’être annulée et à qui les autorités britanniques ont refusé un visa début novembre, a remis le feu aux poudres en déclarant à l’occasion d’une interview sur une des antennes de la BBC que «ce n’est pas à [lui] de s’excuser mais [aux militants gay] de s’excuser auprès de Dieu dans la mesure où ce sont eux qui brisent la loi divine» . Sizzla est dans le collimateur des réseaux homos et d’une frange croissante de l’opinion publique britannique en raison de ses chansons aux paroles clairement homophobes, dont certaines incitent par exemple à «brûler les folles». Sizzla fait également l’objet d’une enquête judiciaire pour «incitation à la haine et au meurtre».
De son côté, surfant sur le climat de mobilisation contre le ragga et visiblement ravie de parfaire sa réputation de «capitale britannique des gays et lesbiennes», la municipalité de Brighton vient d’annoncer, an association avec la ville voisine d’Hove, qu’elle négociait avec des disquaires locaux dont Virgin Megastore, pour qu’ils cessent de vendre de la «musique assassine». Le conseil municipal de la cité balnéaire emboîte ainsi le pas aux collectifs homos en déclarant que «le reggae envenime le climat de préjugés» contre les gays et les lesbiennes.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget