samedi, septembre 17

Aux Etats-Unis, vaste offensive du Vatican dans les séminaires !

Le Vatican déclenche une vaste offensive dans 229 séminaires américains afin d' identifier les homosexuels, de même que les professeurs dont l'enseignement se distingue de la doctrine de l'Église. Un prêtre qui a requis l'anonymat a remis au New York Times, mercredi, le document exprimant cette directive du Vatican. L'initiative a été lancée à la demande des cardinaux américains lors de leur visite auprès du pape Jean-Paul II, en avril 2002, pour parler des abus sexuels commis par des prêtres des États-Unis.

L'équipe de 117 enquêteurs devra également examiner, par exemple, si les professeurs encouragent la récitation du rosaire et s'ils sont libres des influences du Nouvel-Âge. Il évalueront aussi si les séminaristes font preuve de modération dans leur consommation d'alcool, leur écoute de la télévision et leur navigation sur Internet. La recherche commencera ce mois-ci et se terminera au printemps. Les enquêteurs mèneront des entretiens confidentiels auprès des membres des facultés, de quelque 4500 séminaristes et de ceux qui ont obtenu leur diplôme au cours des trois dernières années.

Si le projet réjouit les conservateurs, qui espèrent que le pape Benoît XVI empêchera les homosexuels d'accéder à la prêtrise, il inquiète les organisations de défense des droits des homosexuels. Plusieurs experts en psychologie de la sexualité estiment que l'Église confond la question de l'homosexualité avec celle de la pédophilie. Certains avancent que le pourcentage élevé des victimes mâles pourrait s'expliquer par le fait que les prêtres fréquentent davantage des jeunes hommes ou des garçons - séminaristes et servants de messe -, que des jeunes femmes ou des filles.

2 commentaires:

Anonyme a dit…

La véritable question qui mériterait d'être posée est :

Les hommes qui ont un penchant homosexuel ne sont ils pas plus attirés par la prêtrise que ceux qui ont un penchant hétérosexuel .
Et ceci pour être admis dans des communautés masculines, malgré la "réprobation du milieu".

Ce qui rendrait cette communauté semblable à l'armée, par exemple, ou les homosexuels sont acceptés à condition de ne pas se montrer.

La question de la pédophilie est autre, disons que la plupart des personnes qui commettent des actes pédophiles ont été - dans leur enfance - déjà abusés de la même manière.

La réponse serait d'une part d'
- autoriser l'ordination d'hommes mariés
- ouvrir l'ordination aux femmes, ce qui rendrait mixte la fréquentation des collèges de théologie.

La vocation doit être admise et partagée par le couple.

Quand à la question de la pédophilie, elle est et reste condamnable, la psychiatrie a encore du travail.

Jean-Marc a dit…

Effectivement pédophilie et homosexualité n'ont rien à voir.
Quant au célibat imposé des prêtres, il attire sûrement certains candidats qui y voient là un moyen d'avoir un statut valorisant.

Une erreur est survenue dans ce gadget