vendredi, octobre 21

Au Nigéria, Changing Attitude en croisade contre l'homophobie de l'Eglise anglicane

La branche nigériane de Changing Attitude (CA) appelle l'Église anglicane du Nigeria à prendre en compte les demandes et problèmes des croyants homosexuels du pays. Le message a été délivré par Davis Mac-Iyalla, créateur et président de l'organisation, qui ne manque pas de critiquer l'archevêque du pays Peter Akinola, l'un des plus fervents combattants de l'homosexualité. Le leader gay rappelle notamment au primat qu'il doit respecter la résolution 1.10 de la Conférence des évêques de Lambeth de 1998, dans laquelle le Conseil consultatif anglican «encourage» «l'écoute de l'expérience des homosexuels dans chaque province». Davis Mac-Iyalla s'élève contre la volonté d'excommunier les gays et les lesbiennes pour des raisons religieuses. «Ce que l'archevêque a fait manque de perspective par rapport aux enseignements de Jésus. L'enseignement de Jésus est à propos d'amour et d'attention. (…) Ce que l'archevêque aurait dû faire est de nous rencontrer, connaître nos sentiments et nous apprécier pour ce que nous sommes. De cette façon, nous pouvons être bien intégrés dans la société», a-t-il expliqué au journal national à grand tirage Daily Sun.

Concernant le sida, il estime que la stigmatisation des homos n'est aucunement une façon de faire reculer la pandémie. «La critique fréquente des gays et des lesbiennes, dans les pages des journaux particulièrement, ont participé à la propagation du VIH/sida au Nigeria. Pour être acceptés par la société, ils se marient et poursuivent leur sexualité», observe le professeur qui aurait été licencié de la direction d'une école de diocèse en raison de son homosexualité. Changing Attitude Nigeria a vu le jour en août dernier et compte aujourd'hui entre 120 et 140 membres gay et lesbiennes, selon les sources, qui doivent se réunir les 26 et 27 novembre pour leur première assemblée générale. Il existe trois autres CA dans le monde: en Angleterre, en Nouvelle-Zélande et en Ecosse.

Source: Tetu.com

1 commentaire:

catholorenzo a dit…

En dehors de l'Afrique du Sud, les homosexuels ont un long chemin devant eux pour se faire accepter en Afrique. Et pas seulement chez les Anglicans, évidemment. Mais on ne peut exclure que la plus petite de leurs victoires ait une influence énorme sur le reste du monde. Il suffit de voir en Angleterre et aux Etats-Unis: à quel point les conservateurs comptent sur l'appui d'un Tiers-Monde parfois plus rétro sur certaines questions familiales.

Une erreur est survenue dans ce gadget