jeudi, septembre 28

Les conservateurs anglicans réaffirment leur refus d'ordonner des homosexuels et des femmes !

Le fossé se creuse entre anglicans conservateurs et libéraux. L'archevêque anglican du Nigeria Peter Akinola a déclaré, le 20 septembre à Kigali (Rwanda), lors d'une conférence du Global South réunissant 25 archevêques conservateurs, qu'un texte interdisant l'ordination des femmes et des homosexuels était en cours de préparation. Une façon de formaliser la désapprobation qu'a toujours manifesté les Eglises anglicanes du Sud, qui rejettent le changement des doctrines, envers de telles nominations.

Le réseau (anglican)d'Églises conservatrices, majoritairement issues de pays en développement, a par ailleurs affirmé sa volonté de scission avec les libéraux. La déclaration finale de la rencontre demande en effet la création d'une nouvelle Église anglicane aux États-Unis (séparée donc de l'Eglise Episcopale). «Nous sommes convaincus que le temps est maintenant venu de faire les premiers pas vers la formation de ce qui sera reconnu comme une structure ecclésiastique séparée de la communion anglicane aux États-Unis (…) pour ceux qui s'en tiennent fermement à la foi historique anglicane», indique le document.

Source(légèrement adaptée): tetu.com

2 commentaires:

Anonyme a dit…

Qu'est-il préférable : 1. que les conservateur claquent la porte de l'Eglise Episcopalienne mais au risque de describiliser le témoignage de l'unité "Père, qu'ils soient uns pour que le monde croient que tu m'as envoyé"
2. Que les conservateurs restent mais em^èchent l'Eglise de progresser? Qu'en pense Jean-Marc?

Jean-Marc a dit…

Certes, il vaut mieux éviter la rupture. Mais celle-ci existe déjà. Je ne suis pas sûr qu'une unité de façade soit préférable.

Une erreur est survenue dans ce gadget