lundi, mars 28

Communion Anglicane: priorité à l'unité ou à la justice ?



Fin février a eu lieu en Irlande du Nord un évènement majeur pour l'avenir de la Communion Anglicane. Les Primats de l'ensemble des Eglises Anglicanes du monde entier se sont réunies avec Rowan Williams, archevêque de Canterbury, afin de débattre du Rapport Windsor, publié en octobre dernier et proposant des moyens de sauvergarder l'unité de la Communion anglicane .

Les Primats ont réaffirmé à l'égard des Eglises anglicanes américaine (l'Eglise Episcopale) et canadienne plusieurs recommandations du Rapport Windsor . Par exemple, ils leur ont demandé un moratoire sur la consécration d'évêques homosexuels et sur la bénédiction d'unions de même sexe. Ils leur ont également demandé ne pas participer, au moins jusqu'en 2008 (date de la prochaine Conférence de Lambeth), aux rencontres du Conseil Exécutif Anglican (un des plus importants organismes de la Communion Anglicane). Les Primats leur ont par ailleurs demandé d'expliquer leurs actions jugées contraires à la Bible et de réaffirmer la condamnation de toute relation sexuelle en dehors du mariage.

Les prises de position des Primats reflètent largement celles des Eglises anglicanes d'Afrique et d'Asie, les plus violemment homophobes. Rowan Williams n'a pas pu résister à leur irrésistiable ascension. Une bonne part des Primats ont défié son autorité. Ainsi 14 (soit 40%) ont refusé de participer aux eucharisties qu'il célébrait et ont tenu des réunions parallèles. On a connu des ambiances plus fraternelles...

On ne sait pas encore si l'Eglise Episcopale (USA) et l'Eglise Anglicane canadienne vont accepter l'ensemble des demandes qui leur sont faites. C'est peu probable. Ceci dit, les évêques épiscopaliens se sont dores et déjà prononcés sur l'un des points. Réunis en assemblée plénière ce mois-ci, ils ont pris une décision inattendue: suspendre toute consécratiojn d'évêque, gay ou... hétéro, et ce jusqu'en juin 2006, date de la prochaine Convention Générale (qui représente l'ensemble de l'Eglise Episcopale). Cette décision originale répond à la demande de moratoire d'évêques gays tout en étant un geste de solidarité vis-à-vis des gays et lesbiennes. Elle a d'ailleurs été saluée par les associations LGBT de l'Eglise, ainsi que par Gene Robinson, le fameux évêque gay consacré en novembre 2003.

On peut certes considérer que la dicision des évêques épiscopaliens ne fait que reporter le problème à juin 2006. Il faudra bien à ce moment là que l'Eglise Episcopale, réunie en Convention Générale, se prononce. Soit elle décide de continuer à ne pas faire de l'orientation sexuelle un obstacle à la consécration d'évêques, et cela sera certainement interprétée comme un geste de rupture par la Communion Anglicane. Le schisme serait alors consommé. Soit elle fait marche arrière et décider de ne plus consacrer d'évêques ouvertement gays. Cette décision serait alors sans nul doute perçue comme une trahison par les gays et lesbiennes, et tous ceux qui se battent pour la justice sociale dans l'Eglise.

Une troisième voie est-elle encore possible ? Après tout, l'Esprit Saint sait être créatif ! Encore faut-il que l'Eglise soit à Son écoute. Prions pour que les Eglises de la Communion Anglicanes discernent la volonté de Dieu et témoignent de Sa Bonne Nouvelle.

Aucun commentaire:

Une erreur est survenue dans ce gadget