jeudi, juin 29

Bilan mitigé pour les gays après la Convention Episcopalienne 2006

Concernant la question gay, quel bilan peut-on faire de la 75ème Convention Générale de l'Eglise Episcopale qui s'est tenue du 13 au 21 juin 2006 à Columbus, Ohio, et qui représente le plus haut niveau de juridiction de cette Eglise ? Le bilan est mi-figue mi-raisin.

Commençons par le positif. La Convention a rejeté la demande de moratoire sur les consécrations de gays et lesbiennes, et sur les bénédictions de même sexe. Cette demande avait pourtant été formulée par des représentants de la Communion Anglicane au sein du Rapport Windsor, comme l'une des conditions au maintien de l'unité.

L'Eglise Episcopale a adopté plusieurs résolutions "gayfriendly". Elle a (A095) "réaffirmé son soutien aux personnes gay et lesbiennes en tant qu'enfants de Dieu auxquels la totalité des droits civils doit être assurée; réaffirmé l'action de la 71ème Convention Générale appelant tous les niveaux de l'Etat à donner aux couples gay et lesbiens les mêmes protections qu'aux couples non gay" et s'est déclarée (A095) "opposée à tout amendement constitutionnel fédéral ou d'un Etat qui prohierait le mariage civil ou les unions civiles pour les personnes de même sexe".

L'Eglise Episcopale a aussi (A167)"réaffirmé que les personnes gay et lesbiennes sont, par le Baptême, membres à part entière du Corps du Christ et de l'Eglise Episcopale; réitéré ses excuses auprès de ses membres qui sont gay ou lesbiennes, ainsi qu'auprès des gays et lesbiennes, pour les années de rejet et mauvais traitements par l'Eglise" et "s'est engagée à inclure des personnes ouvertement gay et lesbiennes dans tous les comités, commissions ou groupes de travail qui seront développés dans l'objectif spécifique de discuter de questions autour de la sexualité, et demande qu'il en soit de même de nos Eglises soeurs au sein de la Communion Anglicane".
Elle a aussi (D005)"déclaré que les efforts visant à criminaliser le comportement homosexuel sont incompatibles avec l'Evangile de Jésus-Christ".
Enfin, cerise sur le gâteau, elle a élu à sa tête (comme Evêque Présidente pour 9 ans) Katharine Jefferts Shori, une femme engagée pour la pleine inclusion des gays et lesbiennes dans l'Eglise et qui a accepté que des bénédictions d'unions de même sexe soient célébrées dans son diocèse (Nevada).

Je connais beaucoup de gays et lesbiennes d'Eglises soeurs qui rêveraient d'une Eglise aussi inclusive. D'où vient le malaise alors ? D'une résolution (B033) qui a été votée à l'arrachée au dernier moment sans qu'il y ait de débat. Elle "appelle les comités permanents et les évêques en exercice à exercer une restriction en ne consentant pas à aucune consécration d'un(e) candidat(e) à l'épiscopat dont la manière de vivre représente un défi à l'Eglise plus large et qui conduirait à de nouvelles contraintes pour la Communion" (Called upon standing committees and bishops with jurisdiction to exercise restraint by not consenting to the consecration of any candidate to the episcopate whose manner of life presents a challenge to the wider church and will lead to further strains on communion).
Cette résolution apparait comme une concession faite aux conservateurs de la Communion Anglicane afin d'éviter un schisme à court terme et pouvoir espérer la participation de l'Eglise Episcopale à la Conférence de Lambeth en 2008. Mais il ne semble pas que cela suffise à éviter la rupture de la Communion Anglicane telle qu'elle existe. Son chef spirituel, Rowan Williams (Archevêque de Canterbury) vient d'ailleurs de lancer l'idée de créer une alliance anglicane dont les membres pourraient choisir entre 2 statuts selon leur niveau de communion avec les autres Eglises.

Même si elle ne mentionne pas explicitement les gays et lesbiennes, la résolution B033 a été ressentie douloureusement par la communauté homosexuelle anglicane. Cependant, plusieurs représentants de l'Eglise Episcopale, dont l'Evêque Président elle-même, ont insisté sur le fait que cela ne changerait pas leur engagement en faveur de la pleine inclusion des gays et lesbiennes dans l'Eglise. De plus, certains évêques ont exprimé leurs réserves sur cette résolution et, dores et déjà, le diocèse de Newark a annoncé avoir accepté un gay comme candidat au poste d'évêque. Espérons que les semaines et mois à venir nous réservent de bonnes surprises !

2 commentaires:

Ben a dit…

Cher Jean-Marc,
Je comprends ta déception quant à la dernière résolution dont tu parles...
Mais dans l'ensemble, je trouve formidable qu'une Eglise dise ce que ton Eglise affirme de ce que nous sommes, nous gays chrétiens. En effet, rien de bien exceptionnel si on lit l'Evangile, mais extraordinnaire pour un catho comme moi.
J'aimerais entendre Benoît XVI ou des évêques affirmer : "les personnes gay et lesbiennes sont, par le Baptême, membres à part entière du Corps du Christ et de l'Eglise..."
Et ce message là m'est une joie.
Parfois, je me demande si passer dans ton Eglise ne serait pas une solution. Et dans le même temps, je ne parviens pas à imaginer ce qu cela provoquerait en moi spirituellement.
Depuis que je fréquente ton blog et après notre rencontre à Tigery, je me pose beaucoup de questions. Mais c'est un autre sujet.
Aussi je te laisse.
En amitié,
Ben

Furyo a dit…

Vous, au moins, vous avancez !

Une erreur est survenue dans ce gadget