mardi, juillet 24

Premier contact de mon chéri avec ma famille !

Il y a des moments dans la vie où on a l'impression de vivre un rêve éveillé. Ce WE fut un de ces moments. J'ai présenté François, mon compagnon, à ma famille qui l'a immédiatement adopté.

Nous avions pris le TGV samedi matin à 6h43 (!). Ma soeur Brigite (de 4 ans mon aînée) est venue nous chercher vers 9h30 à la gare. Ce fut le premier contact de mon chéri avec un membre ma famille. Premier moment d'émotion.
Mais le moment le plus fort fut sans doute la 1ère rencontre avec ma maman, qui avait invité François à venir célébrer ses 80 ans. Je n'arrivais pas à retenir mes larmes. Elle l'a tout de suite accepté et aimé. "Je le considère comme mon fils" m'a-t-elle dit le lendemain. Au moment du déjeûner, elle se livra d'avantage. Elle l'encouragea à faire son coming out auprès de son père, en témoignant de la manière dont elle avait elle-même réagi au mien 12 ans plus tôt. Elle parla aussi de ses épreuves, de la guerre mais aussi du décès de son mari (mon père) en 1996. Nous avions tous les larmes aux yeux.

Le soir, après la messe, nous avons diner avec Brigitte et son mari. François a été accueilli comme un beau-frère, avec toutes les attentions. Le courant est passé immédiatement. Nous avons passé un moment délicieux ensemble, et les avons invités à venir nous visiter le 15 août.
Nuit dans le lit de mon enfance. La première fois que je le partage avec quelqu'un que j'aime...

Le lendemain, repas d'anniversaire dans un restaurant d'un village environnant avec une quarantaine de convives, dont mes cousins, neveux et nièces, ma marraine, le curé, et bien d'autres. Beaucoup découvraient mon homosexualité et ma relation avec François. Là encore, nous avons été accueillis comme un couple. J'ai présenté François comme mon compagnon, et je n'ai ressenti aucune gêne. Tout semblait aller de soi, même pour ceux dont je craignais la réaction. Nous avons même été invités par des cousins que je pensais réticents. Bref, tout s'est merveilleusement bien passé. L'anniversaire fut très festif, ma mère était aux anges, et François fut accueilli par tous comme un membre de la famille. Je n'ai eu que des éloges sur sa gentillesse, sa prévenance, sa beauté, son intelligence, sa finesse, son sens pratique, et j'en passe ! Il est vrai que mon chéri a de telles qualités qu'il est difficile de rester indifférent quand on le connait...et qu'il accepte de se laisser découvrir et aimer.

François a été bouleversé par cet accueil. Lui qui vit encore dans le placard vis-à-vis de sa famille et de ses proches, ce fut là une occasion d'expérimenter que l'affirmation de son homosexualité en famille peut être vécue paisiblement et dans l'amour. Nous sommes revenus de ce WE remplis de paix et de joie. Pour ma part, j'ai l'impression que notre relation prend une nouvelle dimension. Je me sens plus proche de ma famille, ou en tout cas plus désireux de m'en rapprocher, alors que je m'étais montré distant jusque là. Je suis heureux de voir que notre amour semble porter des fruits au-delà de notre couple, qu'il porte en lui un potentiel de fécondité que je soupçonnais pas.

Merci, Seigneur, de me bénir ainsi. Aide-moi à aimer François toujours d'avantage. Aide-nous à porter des fruits qui te rendent gloire. Et que notre couple soit à l'image de l'amour qui circule entre le Père, le Fils et l'Esprit. Amen !

6 commentaires:

georges a dit…

Félicitations à tous les deux!htt

christine a dit…

Cher Jean MArc,
Je suis toute émue à la lecture de ce que tu écris. Ce week-end , j'étais moi-même très occupée, mais ma prière vous a portés toi et François.
Quand Dieu DONNE, quand DIEU SE DONNE, c'est en multitude. Loué soit-il, et que votre Amour ne cesse de grandir.
Je vous embrasse tous les deux.

ben a dit…

Magnificat !!!
Ces mots qui rendent grâce, je veux (nous voulons, car José se joint à moi) les chanter avec vous.
J'imagine les craintes intérieures et la paix profonde qui suit la rencontre.
La Bonne Nouvelle, c'est aussi : " La vérité vous rendra libres..."
A vous deux, nos pensées très amicales et l'assurance de notre communion fraternelle.

ben a dit…

ps : les craintes intérieures avant le week-end...

Jean-Marc a dit…

Les craintes intérieures subsistent mais de déplacent sur d'autres objets. Qu'importe, Dieu les porte avec nous !

jlm a dit…

Merci pour ce beau message...Il faudrait que cela devienne la banalité du quotidien ! Tout en restant à chaque fois un cadeau merveilleux car aucune rencontre n'est jamais banale !
Bonnes vacances à vous deux et bonne marche

fr JLM

Une erreur est survenue dans ce gadget